Créer un CV
Conseils/Mentir sur son CV

Mentir sur son CV

Face à une recherche d’emploi stressante ou à des refus décourageants, certains candidats sont tentés d’embellir quelque peu leur CV. Mais même si vous parvenez à obtenir le job de vos rêves grâce à un CV que vous auriez embelli, cela vaut-il vraiment le coup ? Mensonge ou omission, voyons ensemble quelle portée ils peuvent avoir sur le processus d'embauche et après le recrutement.

Pourquoi mentir sur le CV ?

En réalité, les candidats mentent la plupart du temps simplement parce que le marché de l’emploi est très concurrentiel et qu’il peut être compliqué d’obtenir un poste. Dans ce contexte, ils en déduisent qu’il manque peut-être quelque chose à leur CV, ou que celui-ci doit être « parfait » pour pouvoir décrocher l’emploi dont ils rêvent ou dont ils ont besoin, or il n’existe pas de CV parfait. Néanmoins, en dépit du contexte, le Code du travail indique dans l’article L1221-6 que le candidat doit répondre de bonne foi aux informations demandées dans le cadre du processus de recrutement.

Autrement dit, le cadre légal définit précisément que vos aptitudes et votre formation doivent refléter la réalité de manière à informer le potentiel employeur de votre capacité à remplir les fonctions qui vous seraient confiées en cas d’embauche. Dans le cas contraire, si vous parvenez à être embauché en ayant sciemment menti sur vos aptitudes, l’employeur serait en droit de vous licencier pour faute. Dans le cas des professions règlementées qui nécessitent un diplôme ou une formation spécifique pour exercer comme les médecins ou avocats par exemple, vous pourrez cette fois-ci être punis par la loi pour activité illégale.

Si vous parvenez à être embauché en ayant sciemment menti sur vos aptitudes, l’employeur serait en droit de vous licencier pour faute.

Mensonges courants sur le CV

Si de nombreux candidats mentent ou enjolivent le contenu de leur CV, certains mensonges reviennent plus fréquemment que d’autres. Même si vous pouvez vous dire que tout le monde le fait et que cela passera inaperçu, les recruteurs sont en réalité bien au fait de ces pratiques sur les curriculums vitae et, par conséquent, détecteront potentiellement votre mensonge et écarteront votre CV. Voyez nos exemples des mensonges les plus courants et demandez-vous si, vous aussi, avez tendance à exagérer certains aspects de vos qualifications ou de vos compétences.

  • Le niveau de langue : nous avons tous appris une ou plusieurs langues étrangères à l’école, certes. De là à mentionner sur son CV que l’on pratique couramment une langue étrangère, il y a un monde ! Cela peut vous sembler n’être qu’un petit embellissement de votre niveau de langue, cela reste une information inexacte à fournir lors de votre candidature. Si le poste n’exige pas la maîtrise d’une langue étrangère, soyez honnête en mentionnant votre niveau. Si un niveau courant est indispensable, ne prétendez pas l’avoir car vous serez très certainement testé rapidement.
  • Les diplômes : vous avez une licence mais le poste de vos rêves nécessite un Master ? Et si vous indiquiez le Master, après tout vous êtes bien allé à l’université et vous avez peut-être même suivi les cours de Master sans le valider. Eh bien figurez-vous que certaines entreprises établissent leur grille salariale en fonction du niveau d’études des employés. Conséquence ? Il vous sera demandé une copie de vos diplômes pour que les RH puissent valider votre salaire. Si vous savez avoir les compétences sans pour autant avoir obtenu le diplôme, il serait plus judicieux d’apporter la preuve de vos compétences plutôt que de mentir sur votre parcours académique.
  • Les périodes d’inactivité : vous avez entendu plusieurs fois que les recruteurs éliminaient les curriculums vitae présentant des trous, quelle que soit la raison, et que ces CV finissaient donc à la poubelle. Sauf que vous avez décidé de prendre une année de césure pour voyager ou que vous avez eu à vous occuper d’un membre de votre famille pendant une période. Vous serez peut-être tenté d’allonger les périodes réelles de vos expériences pour dissimuler ces périodes d’inactivité et ne pas attirer l’œil des recruteurs sur ces éléments de votre CV. En réalité, la meilleure solution consiste à indiquer honnêtement ces périodes pour adresser les inquiétudes et les questionnements directement car tout le monde ne suit pas un parcours absolument linéaire et les employeurs le savent.
  • Les durées des contrats : un peu comme le point précédent, mentir sur la durée pendant laquelle vous avez occupé tel ou tel poste peu permettre de masquer des périodes d’inactivité. En effet, si l’un de vos postes s’est terminé en avril et que le prochain n’a débuté qu’en février de l’année suivante, vous trouverez peut-être que cela représente une longue période sans emploi. Dans ce cas, certains candidats sont tentés d’omettre le mois ou de modifier le mois de fin de contrat pour réduire le trou. Il arrive aussi que certains candidats aient occupé un poste important pour leur profil (parce que formateur, parce que cadrant avec le poste, etc.) mais d’une durée relativement courte. Puisqu’il avantage le profil, ces candidats allongeront la durée du contrat pour pouvoir justifier d’une expérience plus importante dans un domaine d‘activité particulier ou une entreprise réputée.
  • L’adresse : cela peut paraître surprenant mais le lieu de résidence peut constituer un motif de discrimination, et ce pour plusieurs raisons. Cela peut être parce que l’endroit où vous habitez est catégorisé négativement en raison de l’actualité si un ou des évènements qui s’y sont produits ont fait la une ou en raison de la réputation du lieu. Il arrive aussi que les recruteurs et les employeurs rechignent à considérer les candidats dont le lieu de résidence est un peu éloigné du lieu de travail. Par conséquent, de nombreux candidats omettent l’adresse complète ou mentent en indiquant l’adresse d’un proche pour augmenter leurs possibilités d’embauche.

La conséquence des mensonges sur le CV

Les réseaux sociaux ayant pris une ampleur importante, de nombreux recruteurs s’en servent aujourd’hui pour vérifier et recouper les informations fournies par les candidats. Dans les cas où vos mensonges seraient découverts immédiatement, votre CV sera automatiquement supprimé. Comme nous l’avons évoqué, vous pouvez également être licencié si votre mensonge est découvert après l’embauche.

Sachez cependant que l’omission d’informations importantes, l’exagération ou les mensonges clairs sur votre curriculum peuvent vous nuire même si vous n’avez pas été embauché par l’entreprise à laquelle vous postuliez. En effet, vous serez certainement « blacklisté » par ce cabinet de recrutement ou cette entreprise. Pire encore, votre nom pourrait circuler dans le milieu dans lequel vous essayez de trouver un emploi ou dans la région dans laquelle vous habitez. Dans ce cas, vous vous rendez bien compte que les conséquences ne se limiteront pas à cette candidature, mais que cela nuirait à votre carrière, et pour une durée qu’il serait difficile à prévoir, rendant ainsi votre parcours encore moins attractif.

Notre conseil

Même s’il peut être tentant d’embellir votre profil, pariez sur l’honnêteté. Vous ne serez pas retenu pour toutes les offres auxquelles vous postulez mais certains pourraient apprécier votre transparence ; elle pourrait même représenter la force de votre profil grâce à la confiance que vous placez en vos compétences.